prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 21:02


RemingtonPrudence J.
J'te supplie d'croire que la vie n'est pas un jeu stupide
Et tu dois t'adapter si tu veux survivre, quoi ?!
Qui va me forcer à bien rester dans les normes ?
D'ailleurs, qui peut vraiment voir si j'ai la tête en désordre ?


Nom de famille : Remington. Prénom(s) Prudence Joyce âge: 24 ans date et lieu de naissance : 06 mai 1996 à Londres nationalité :  Anglaise origines : Anglaises  statut civile : célibataire orientation sexuelle : hétérosexuelle arrivée à londres depuis toujours études et ou emploi : caissière dans un supermarché groupe désiré : Thieves.
minimum dix infos sur ton personnage + Prudence souffre de trouble bipolaire, aussi appelé trouble maniaco-dépressif.  + Peu de gens sont au courant de son problème. Ca ne se remarque pas au premier coup d’œil. + Elle tient cette maladie de sa mère qui c'est suicidée quand elle avait dix ans. + Elle n'a aucun souvenir de sa mère, sa mémoire à fait le vide. + Elle a un traitement médicamenteux assez lourd à base de lithium qu'elle prend ou non au gré de ses humeurs.  + elle a un ego surdimensionnée et se sent supérieure à tout le monde  + Elle se sent obligé d'être en contrôle de toutes les situations, rien n'est laissé au hasard.  + Parfois elle peut passer des mois enfermés chez elle sans donner de nouvelles à qui que se soit. + Elle a souvent des pensées suicidaires et à déjà essayer de mettre fin à ses jours. + Sa logique est différente des autres, l'argent n'a aucune valeur pour elle + Elle passe la majeure partie de son temps à dormir.   + Elle a abandonné et repris ses études au moins trois fois. + Elle aime la pizza, les pâtes... ce genre de trucs qui ne demande pas à être cuisinés. + Elle n'a pas vu son père depuis deux ans. + Elle a très peu d'amis, elle s'y applique religieusement. +Elle a parfois l'impression d'être la seule personne censée sur cette terre. + Elle collectionne les addictions. Alcool, drogues, médoc, cigarette, café, bonbons, elle passe de l'une à l'autre au gré de ses humeurs.  + Elle fait de la photographie et joue du piano  + Elle a fait quelques années de conservatoires, puis elle a tenté les cours de photographie à l'université.  + Elle lit au moins deux bouquins par semaine. + Elle n'a pas le droit de passer le permis à cause de sa maladie. Alors elle se déplace toujours à pied.  + Son chat s'appelle Ghetto Life, mais elle l'appelle Get. Il est son point de repère quand tout s'écroule. + Ses sentiments sont à fleurs de peau, un rien l'ébranle.  + Ses relations amoureuses sont perdues d'avance. + Elle adore les thrillers et les films d'horreur. Elle peut passer des heures devant son ordinateur à regarder des séries, écouter de la musique.  + une façon d'être  + une manie + un tic + une peur + une anecdote + une façon d'être  + une manie + Son entourage s'inquiète continuellement pour elle, mais elle coupe rapidement les ponts avec ceux qui s'inquiète de trop. + Elle a un seul numéro enregistré sur son portable. La seule personne sur qui elle peut compter, son meilleur ami.  +
pseudo/prénom : Ion² âge : 26 piges  tombe comment t'as atterris ici : ça fait si longtemps je me souviens plus  mdr  scénario ou inventé : ici.  multicompte : Cole M. Lewis & Thomas Cooper un petit mot d'amour ? j'vous aime toujours autant  cour

adele exarchopoulos ϟ prudence j. remington

Code:
<em>adele exarchopoulos</em> <st>ϟ</st> prudence j. remington
MADE BY LIGHTLESS.TCHI

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 21:03


Jolie petite histoire
Suffit d'oublier les angoisses qui font des barrages
L'alcool les fait fuir, bon débarras
Je suis seule à faire la fête quand il se fait tard
Là où le présent peut se diviser en une dizaine de futurs.

Une centaine de tours de soleil ça passe vite... × Comment voulez vous que je devienne une femme équilibrée quand mon prénom annonce prudence et joie et que mon nom fait l’apologie d'une célèbre marque d'arme à feu. Depuis ma naissance déjà je suis un véritable paradoxe.

Tout semblait bien parti. Je suis née à Londres dans un quartier assez tranquille, au sein d'une petite famille aux apparences parfaite. Quand j'avais neuf ans, on quitta la ville, mes parents, mon petit frère et moi. On vécu quelques années à la campagne. Papa disait que ça ferait du bien à tout le monde. C'est à ce moment que je commençai à me rendre compte de ce qui se passait. Maman n'était jamais là, quand elle était à la maison, elle s'enfermait la plus part du temps dans sa chambre. Quand j'allais la voir, elle m'expliquait souvent qu'elle était un peu fatiguée, rien de plus. Que ça irait mieux demain. Sauf que ça n'allait pas souvent mieux. Jusqu'au jour ou elle se levait un beau matin et retournait la maison sans dessus dessous, décidait de refaire toutes les peintures, déplacer tous les meubles. Elle allait au magasin et elle achetait n'importe quoi. Le soir, papa et maman se disputaient, ils hurlaient, maman pleurait, papa disait qu'elle était inconsciente, qu'il fallait qu'elle ramène tout ce « bordel » au magasin. Qu'on avait plus d'argent. Puis ça durait quelques jours encore, parfois elle nous expliquait qu'elle partait quelques jours en vacances, et elle revenait, complètement épuisée, le visage marqué, et elle retournait s'enfermer dans sa chambre, des semaines durant... Puis un matin, papa était venu me réveiller, et il m'avait expliqué que maman était partie au ciel, qu'elle nous avait quitté pour rejoindre papi et mami, qu'elle était bien là haut, qu'elle avait finalement trouvé la paix... dans un tragique accident de voiture.

Quand je fus en âge de comprendre, mon père me suggéra que peut-être cet accident de voiture n'en avait pas été un, et que maman était très malade, psychologiquement, et qu'elle avait sûrement choisi de mettre fin à ses  jours. Elle avait toujours affirmée qu'elle mourrait à trente trois ans, et elle avait réussi à s'en persuadé, elle était décédée le jour de son anniversaire.

Les années qui suivirent ce drame furent étrangement les plus belles de ma vie. Ma mémoire sélective avait soigneusement effacé le traumatisme, tous les souvenirs douloureux de ma mère pour ne laissé encré dans mon cerveau malléable que les meilleures images... En grandissant, je réalisai que ces souvenirs étaient peu nombreux, mais je trouvai cela plus simple comme ça. Mes années de primaires furent presque celles d'un enfant banal.

Arrivée au collège, je commençai à sentir que quelque chose n'allait pas chez moi, il y avait se gouffre entre moi et les autres, cette différence que je n'arrivai pas à saisir. Je commençai à développer une hypersensibilité qui me faisait peur, après toutes ses années ou mon cerveau c'était religieusement appliqué à supprimé toute émotion trop compliquée à gérer. Petit à petit je développai une anxiété sociale, je commençai à me rendre compte que je n'avais pas des relations normales avec mes amis. Tout le monde me disait que j'étais « bizarre » et moi j'avais du mal à comprendre pourquoi, j'avais l'impression que c'était tous les autres, les gens bizarre. J'avais peu d'amis, je les perdais souvent parce que je ne pouvais m'empêcher d'être méchante et ironique. Seuls ceux qui me comprenaient vraiment acceptés de rester. Je fini mes années de collèges par une magistrale dépression, je fus clouée au lit pendant presque un an. Mon père se rendit compte que quelque chose clochait. Il m'envoya rapidement voir une psychiatre, à mon grand désarrois. Elle ne m'aida pas trop, m'expliqua que je traversais une dépression, que c'était normal quand on avait perdu sa maman si jeune. Elle me prescrit quelques anxiolytiques et des exercices bidons de la vie de tous les jours comme ; dire bonjour à un inconnu ; réussir à commander une pizza ; avoir une pensée positive tous les matins et me réveillant, et blablabla... j'eu l'impression que ça allait mieux, au bout de quelques mois, je commençai à reprendre goût à la vie.

En fait, cette reprise fut plutôt brutale. Du jour au lendemain, je me sentais enfin moi même, je respirais, je vivais. Je perdu ma virginité ce soir là, je pris la plus grosse cuite de ma vie, et je fuguais. Trois jours plus tard, la police de Manchester appelait mon père pour lui annoncer de venir récupérer leur fille chez eux. C'est ce jour là que l'officier de police qui m'avait ramassé au fin fond d'une ruelle, suggéra à mon père que je souffrais sans doute d'hallucinations ou d'une quelconque maladie et que quand il m'avait retrouvée, j'étais en train de délirer. Je passai ensuite une semaine en hôpital psychiatre, on me diagnostiqua alors un trouble maniaco-dépressif. On m'annonça que j’étais bipolaire. Comme Van Gogh, Hemingway, Zola... comme ma mère surtout.

L'année qui suivit, je fus déscolarisée et passait une année complète à la maison. Ma vie était une enchaînement de prise de médicaments, de rendez-vous chez les psy et divers spécialiste chez les quels mon père me traînais quotidiennement. Je le voyais tenter désespérément de me sauver, comme il n'était pas parvenu à sauver maman... Cette image m'étais insuportable. Quand j'eu dix-huit ans, j'expliquais à mon père que j'allais bien maintenant, qu'on avait trouvé le bon traitement médicamenteux, que je souffrais pas trop des effets secondaires, et que je me sentais de reprendre les cours. Et sans crier gare, je quittai le nid familial, mon petit frère, mon village et mes amis pour retourner à la grande ville. Les premiers mois furent grisant. J'étais heureuse d'avoir enfin mon indépendance. Je pouvais mener ma vie comme je l’entendais et je n'avais de compte à rendre à personne. J'étais ici comme une parfaite anonyme, personne ne venait me voir le matin pour savoir si j'avais bien gobé mes pilules, personnes ne s'inquiétait de savoir si j'avais loupé un repas ou si j'étais un peu trop de bonne humeur pour que se soit normal.

Vous savez être bipolaire, ça se résume à être déprimée à la plus part du temps, et se sentir un peu mieux pendant quelques jours, puis tomber dans une période maniaque, ou tout va soudainement parfaitement bien. Je me sens alors prise d'une euphorie incontrôlable, je n'arrive plus à distinguer ce qui est bien ou mal, je deviens déraisonnable. Tout ce qui semblerait être une mauvaise idée en devient soudain une bonne, ma créativité est décuplée, plus rien ne me fait peur, tout m'amuse, j'aime les gens, je vais vers eux sans retenue et surtout je les attire... j'ai juste l'impression de vivre...

puis revient la dépression, les regrets, l'incompréhension, puis cet énorme sentiment de vide que seul la mort pourrait apaiser. Quand je traverse une phase maniaque elle peut durer deux jours, comme deux mois, je fini toujours par arrêter mon traitement, je fini par tout jeter, j'abandonne la fac, ou le boulot que je me suis trouvée entre temps.... et tout et à refaire, quand je déprime depuis plusieurs mois, je fini par m'auto-médicamenter, faire une grosse connerie, puis on me renvoi en Hôpital psychiatrique, et c'est un éternel recommencement.

Vous savez pas ce que c'est d'être dépendant d'un ou plusieurs médicament tous les jours, des cachets qui vous font grossir, qui vous font perdre votre libido, votre appétit... j'ai l'impression de vivre dans un bourdonnement constant, de passer à côté de ma vie, je n'ai plus d'énergie plus de créativité. Mon psychiatre m'explique tout le temps qu'il faudra quelques mois pour ajuster le traitement, limiter les effets secondaires, mais je craque tout le temps avant, j'arrête. Et tant que je ne frôle pas la mort ou la prison à perpétuité, personne ne peut me convaincre de les reprendre.

Cela fait maintenant six ans que je vie avec cette maladie. Que je lutte tous les jours pour rester en vie, mais surtout pour y prendre plaisir un minimum. J'ai maintenant vingt quatre ans, je vis dans un petit appartement plutôt sympa, j'ai trouvé un boulot de caissière dans un supermarché, j’essaie de me convaincre que c'est temporaire et que je vais retourner à la FAC. En ce moment je suis sous un traitement à base de Lithium qui me permet de mener une vie presque normale, j'arrive même à avoir quelques liens sociaux, sortir avec des amis. Je me suis moi même surprise la semaine dernière à accepter une invitation au cinéma. Parfois la maladie me rattrape et me rappelle gentiment que je ne suis qu'un génie parmi un monde d'abruti et que je peux faire tout se dont j'ai envie... Quand ça vient, j'appelle mon meilleur ami, je lui demande de venir s'occuper de moi. C'est le seul véritable progrès que j'ai réussi à faire en six ans, reconnaître le moment ou je deviens dangereuse pour moi même et d'être capable de demander de l'aide.

Le problème, c'est que ces phases maniaques sont désagréables et inquiétantes pour tous les membres de mon entourage... mais moi c'est pendant ces crises que je me sens vraiment vivante.
MADE BY LIGHTLESS.TCHI

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 21:29

J'dois encore te souhaiter la bienvenue ? mdr
Contente de te voir encore ici heart

✂-----------------------------------------------


I wish I dreamt in the shape of your mouth but it’s your thread count I really care about. Stay up ‘til the lights go out. You take the full, full truth, then you pour some out. We’re the things that love destroyed. You, me, us, them, we’re just resurrection men. Us, we were only there, to make you live again. Us, we were pity sex, nothing more and nothing less.

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 21:34

mdr je t'en voudrai pas si tu zappes cette étape
merci cour

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 21:59

Rebienvenue avec la jolie Adèle **

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Lun 17 Oct - 23:07

Merci beaucoup ange

et j'ai terminé cutie

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Mar 18 Oct - 3:12


yeah ! tout est bon !

Re bienvenue parmi nous beauté ! yes!
Pauvre poussin ça doit etre trop dur à vivre ♥️ Par contre, oublie pas de rajouter caissière dans étude/emploi uhu cute

Tout est donc nickel pour moi ! Te voilà validé(e) ! Bienvenue chez les thieves, je suis certain qu'ils sont heureux de te compter parmi eux. Tu peux désormais faire ta petite vie et au cas où, voici quelques liens utiles :

ϟ lire les annexes, dans le cas où tu n'aurais pas tout lu.
ϟ poster ta fiche de liens, histoire de te faire quelques potes.
ϟ poster ta fiche d'activité rp, qu'on puisse comptabiliser tes points plus facilement.
ϟ faire ta demande de logements, sauf si tu veux être SDF, c'est ton choix.
ϟ t'abonner au fil d'actualités, pour être au courant de toutes les nouveautés.
ϟ et enfin : éclate-toi à fond ! et n'hésite pas à contacter le staff si tu as besoin de quelque chose !

Revenir en haut Aller en bas
avatar


PLUS D'INFORMATIONS
Voir le profil de l'utilisateur







Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ Mar 18 Oct - 13:39

merci chaton inlove j'vais m'attaquer à ma fiche de lien de ce pas

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé ❞

PLUS D'INFORMATIONS








Re: prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé) ϟ


Revenir en haut Aller en bas

prudence j. remington ϟ et j'suis peut-être née pour faire briller la cuvette des chiottes (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» bouillette/grenadine
» Je me suis peut être emballé un peu vite...
» Une Malibu Bic peut-elle faire l'affaire???
» Quand peut-on acheter les places pour Strasbourg-Bastia
» Peut être une fourche pour notre Vmax sans trop de modif !!!

GENIUSES & THIEVES ::  :: story of my life :: présentations validées